Ergothérapeute en région PACA, Soad Anguenot

Soad Anguenot, Ergothérapeute en aides techniques et conseillère CENOMY

Ergothérapeute en région PACA, Soad a rejoint CENOMY et vient renforcer notre équipe de conseillers évaluateurs aux côtés de Robin VAN PEVENAEYGE et Camille OLIVIER dans le sud de la France.

Malgré son jeune âge, Soad est diplômée de l’IFE de Toulouse et a déjà mené deux missions humanitaires au Togo et Sri Lanka en tant qu’ergothérapeute, auprès d’un public défavorisé et en situation de handicap.

De cette expérience, elle puise sa force et démontre son fort engagement dans la démocratisation des aides techniques pour tous.

Œuvres humanitaires

Il m’est arrivé à plusieurs reprises, ces dernières années, de partir à la découverte de nouvelles cultures.

Notamment lors de ma formation pendant laquelle j’ai eu l’opportunité de partir 2 mois au Sri Lanka dans le cadre d’un stage humanitaire auprès de patients présentant des lésions cérébrales acquises (AVC, TC…).

Ainsi une fois mon diplôme d’ergothérapeute en poche, l’idée de lier mon métier à ma passion du voyage m’est venue tout de suite.

En partant pour le Togo, j’avais pour ambition de me bousculer et d’apporter mon aide, avec ce que je savais faire, à une population parfois dans le besoin.

C’est ainsi que je suis partie pour une mission en ergothérapie auprès d’enfants polyhandicapés, pour la majorité, en situation de grande précarité.

Et je vous assure le choc culturel était bien présent.

J’ai donc passé 3 mois, avec les moyens matériels locaux, à offrir des séances de rééducation et de réadaptation à ces enfants, mais également des séances de sensibilisation au handicap et de conseils pour le quotidien à leur entourage.

Malheureusement l’accès aux soins et au diagnostic est encore difficile pour de nombreuses familles Togolaises et il arrive souvent que rien ne soit mis en place pour l’accompagnement de l’enfant en situation de handicap.

De nombreuses associations humanitaires interviennent donc sur le terrain, tout comme l’association avec laquelle je suis partie qui envoie des ergothérapeutes tout au long de l’année pour assurer une continuité du suivi et qui envisage à long terme la création d’une école d’ergothérapie pour donner une place à notre profession qui aujourd’hui n’existe pas dans ce pays.

L’objectif premier lorsque l’on part dans ce type de mission est donc d’apporter notre aide et de partager nos compétences avec les locaux.

Mais en réalité, les personnes que l’on rencontre sur place, avec lesquelles nous travaillons, avec lesquelles nous échangeons, nous rendent tellement plus que ce que l’on a pu leur apporter.

Pour ma part, je suis revenue de cette expérience grandie, tant sur un plan personnel que professionnel.

Leur sens de l’accueil, du partage, leur positivité à toute épreuve, les sourires de ces enfants sont des choses que j’ai ramenés bien précieusement avec moi de cette aventure.

Et une fois de retour, toutes ces expériences m’ont poussées à envisager le début d’une nouvelle aventure professionnelle.

Ergothérapie

Depuis mon diplôme en 2020, ma pratique s’est majoritairement tournée vers une population gériatrique au sein de différentes cliniques de rééducation.

Mes différentes missions avaient donc pour objectif de maintenir l’autonomie et l’indépendance de la personne malgré l’avancée en âge et l’apparition de pathologies invalidantes (Ostéoporose, Parkinson, Alzheimer, Atteinte neurologique…).

Pour cela, j’ai eu à réaliser :

  • Des stimulations variées permettant le maintien des capacités physiques, cognitives, et sensorielles de la personne favorisant ensuite sa participation
  • L’adaptation d’activités et de lieux de vie afin d’assurer le confort et la sécurité tout en favorisant le maintien à domicile et l’autonomie.

Auprès de cette population, l’utilisation d’une aide technique adaptée (à la marche, aide à la communication, activités de vie quotidienne…) était au cœur de ma pratique.

En effet, l’utilisation d’une aide technique favorise la participation de la personne dans ses activités quotidiennes, ce qui stimule également le maintien de ses capacités résiduelles.

L’un des principes généraux de l’ergothérapie est la vision holistique de la personne.

Lors de nos accompagnements, il est donc primordial de prendre en compte la personne avec ses capacités mais également son environnement physique et social et ses habitudes de vie.

Cela permet, par la suite, de proposer une « solution » efficiente et qui aura davantage de chance d’être investie par le patient.

Les troubles neurologiques/IMC

L’une de mes principales expériences auprès de personnes atteintes d’infirmité motrice cérébrale reste ma mission humanitaire au Togo.

Malgré l’absence de diagnostic précis, la majorité des enfants suivis présentaient des difficultés depuis leur plus jeune âge.

Les problématiques les plus couramment exprimées étaient des difficultés motrices limitant les déplacements, l’indépendance et compliquant l’installation au quotidien, et des difficultés de communication induites par des difficultés motrice et/ou cognitives.

Mon accompagnement consistait principalement en la recherche d’outils et de stratégies permettant d’accroitre la participation de l’enfant dans ses activités et donc son autonomie et indépendance au quotidien.

Dans cette situation, le manque de moyen matériel, et notamment en aide technique limite parfois notre action et laisse surtout place à notre imagination.  

Une autre part importante de mon intervention tournait également autour de la déstigmatisation du handicap auprès des familles et des différents groupes sociaux dans lequel l’enfant pouvait évoluer.

En effet, l’accompagnement dans la connaissance du handicap et des possibilités d’indépendance de l’enfant est primordial afin de lui permettre de développer des compétences et de s’intégrer socialement.  

Accompagner les personnes en situation de handicap vers l’autonomie : une nécessité

Au cours de mes études d’ergothérapie, il m’est fréquemment arrivé de devoir me mettre en situation afin d’envisager d’avantage le sentiment pouvant être créé par la perte d’autonomie et d’indépendance lié à une situation de handicap.

Selon le type de handicap, les répercussions peuvent être variées et toucher tous les domaines de la vie quotidienne (estime de soi, relations sociales, participation, rôles sociaux…).

Cet accompagnement vers l’autonomie rime, pour moi, avec l’accès à un certain pouvoir d’agir.

En effet, l’objectif est de rendre à la personne un certain « pouvoir de décision » sur ses choix et sa vie.

Dans certaines situations, l’accompagnement vers l’autonomie d’un patient inclue également l’accompagnement de l’aidant dans la réappropriation de son rôle social premier vis-à-vis de son proche.

Aujourd’hui, cette recherche de l’autonomie pour les patients est soutenue par une communication plus importante et une modification progressive de la vision portée sur le domaine du handicap dans notre société.

Cela entraîne également le développement de nombreux outils de soutien à l’autonomie et une certaine communication autour de ceux-ci.

Cependant, en comparaison avec d’autres pays, la France a encore un certain retard sur de nombreux domaines liés au handicap, à l’accompagnement et à l’insertion de la personne en situation de handicap au sein de la société.

La difficulté d’accès aux informations, à certains profils de professionnels de santé, les démarches administratives ou encore les questions financières sont aujourd’hui des obstacles pouvant parfois entraver la mise en place d’accompagnement ou d’outils permettant d’accentuer l’autonomie du patient.

C’est ce que l’on peut également retrouver dans le domaine des aides techniques à la communication.

Malheureusement, de nombreuses personnes présentant des troubles de la communication sont aujourd’hui tardivement, voir jamais, équipés malgré les bénéfices connus que certains outils peuvent apporter.

Cela s’explique par le manque d’informations concernant les outils existants, le manque de formations de professionnels de proximité à ce sujet et les démarches administratives encore parfois bien compliquées.

Rejoindre CENOMY, un nouveau challenge !

En rejoignant Cenomy, mon objectif est de me challenger à travers une nouvelle aventure et un projet ambitieux.

Celui de renforcer mon expertise des outils de communication et solutions d’accès au numérique adapté, et d’accompagner les professionnels de santé de mon secteur, les différentes structures et les patients, dans la démocratisation des aides techniques.

Celui d’ouvrir un nouveau champ des possibles aux personnes en situation de handicap, trop souvent confrontées aux difficultés d’accès à la communication.

Je partage une vision commune avec l’ergothérapeute ou l’orthophoniste, des thérapeutes avec lesquels je souhaite unir nos expertises, nos connaissances de la personne et du matériel afin d’offrir, au patient, un outil efficient et le plus adapté possible à sa situation.

Évaluation gratuite

Un besoin pour vous, un patient ou un proche ?

Rencontrez Soad pour une évaluation gratuite en structure médicalisée ou à domicile.

CENOMY, 15 Mars 2022 | Ergothérapeute en région PACA

Contact presse : marketing@cenomy.com

cookie