École inclusive - scolarité et handicap

École inclusive – scolarité et handicap

« L’inclusion scolaire est un enjeu fondamental d’égalité. Elle a pour ambition de développer, année après année, l’autonomie des élèves et de leur permettre l’accès aux savoirs et à la connaissance. Elle bénéficie non seulement aux élèves en situation de handicap mais à tous, notamment à tous les élèves ayant des besoins pédagogiques particuliers. […] »

2022 – Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse

A la rentrée 2022, c’est :

  • Plus de 430 000 élèves en situation de handicap accueillis en établissements scolaires
  • 84 nouveaux dispositifs crées pour les enfants atteints de TSA
  • Près de 10 300 dispositifs ULIS
  • 3,5 milliards d’€ d’investissement pour l’école inclusive

Le service public s’engage pour l’école inclusive

Depuis 2019, l’école inclusive est l’une des priorités majeures du gouvernement, qui s’engage à favoriser « une école de confiance », encadrée par la loi 2019-791.

L’objectif est de lutter contre les inégalités des élèves en situation de handicap, et de les accompagner dès le début de leur scolarité, de la maternelle au lycée, soit jusqu’à leur majorité.

À la rentrée 2020, il a été constaté une hausse de 7% des élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire, soit près de 385 000 enfants.

L’école pour tous doit favoriser l’intégration à l’établissement scolaire de secteur, aussi appelé établissement scolaire de référence, donnant l’accès à l’éducation et aux adaptations pédagogiques individuelles en fonction des besoins de l’élève, et à l’ensemble des aménagements dédiés à la vie éducative tels que les espaces sportifs et culturels.

L’apprentissage des élèves en situation de handicap s’inscrit à l’instar du programme pédagogique traditionnel, basé sur l’acquisition de connaissances et compétences communes, dans une démarche d’accompagnement individualisé, et adapté aux besoins et capacités de chacun.

Dialogue renforcé avec les familles

Un numéro vert est ouvert aux familles d’élèves en situation de handicap qui souhaitent bénéficier d’une écoute attentive et d’un soutien relatif à la scolarité de l’enfant.

En 2020, 43 500 entretiens de rentrée ont été réalisés entre parents d’élèves handicapés, enseignants et AESH (Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap). Établir une relation de confiance entre les familles et l’équipe pédagogique est primordial pour assurer la pérennité de la scolarité et l’inclusion sociale de l’enfant tout au long de l’année.

L’enjeu est d’accompagner les familles dans l’élaboration d’un projet de scolarisation de l’élève, en fonction des objectifs d’apprentissages.

Un parcours de formation personnalisé pour les élèves en situation de handicap

École inclusive – scolarité et handicap - EnseignantEncadré par le directeur ou chef d’établissement, le Projet de Personnalisation de Scolarisation (PPS) est un outil de pilotage qui définit les modalités du parcours scolaire des élèves en situation de handicap, et vise à assurer l’accompagnement thérapeutique et éducatif, l’encadrement individuel ou collectif, l’approche pédagogique adaptée et les aménagements nécessaires.

Un enseignant référent est désigné pour assurer le suivi du PPS, et demeure l’interlocuteur privilégié entre les parents, l’élève et l’équipe pédagogique.

Un accompagnement renforcé des acteurs pédagogiques

Cap École Inclusive est une plateforme créée en 2019 par des enseignants et réservée aux acteurs pédagogiques, qui regroupe des ressources et outils éducatifs adaptés pour favoriser l’apprentissage des élèves en situation de handicap.

La plateforme Eduscol et le site du gouvernement prévoient des outils pédagogiques adaptés en libre accès, dédiés aux familles et corps enseignant.

À travers des ressources animées, on retrouve les matières principales de l’enseignement général telles que les mathématiques, le français, l’histoire, mais aussi des rubriques conçues pour sensibiliser sur les pathologies et le handicap, tels que l’autisme, la trisomie, la para et tétraplégie, la, myopathie…

Dès la rentrée 2022, un livret de parcours inclusif accessible sous forme d’application permettra au corps enseignant de consulter « des réponses pédagogiques aux besoins éducatifs particuliers des élèves. »

Pour mieux accompagner les élèves en situation de handicap en milieu ordinaire, 4 000 AESH passent en équivalent temps plein et bénéficient d’une formation continue renforcée.

Réduire les inégalités grâce à l’école inclusive

Mieux vivre ensemble et accepter les différences

École inclusive – scolarité et handicap - ÉlèveAu-delà de l’apprentissage, l’école doit inspirer un climat de confiance et demeure un pilier d’égalité pour tous.

L’école inclusive doit permettre de lutter contre les inégalités structurelles et discriminations des élèves en situation de handicap.

En effet, l’immersion des enfants atteints de handicap au sein d’une classe d’enseignement classique contribue au développement socio-éducatif ainsi qu’à la sensibilisation avec la singularité de chacun des élèves.

« […] La présence d’enfants en situation de handicap dans une classe, c’est de l’éducation civique grandeur nature. Les enfants expérimentent le “vivre ensemble”. Ils apprennent la vie en société, la vie en commun avec des gens différents. Une fois devenus adultes, lorsqu’ils seront chefs d’entreprises, voisins, collègues de bureau… ils se souviendront de l’élève handicapé qu’ils ont connu en classe. »

Le 1 janvier 2009 Sophie Furlaud et Marie-Christine Philbert-Parent présidente de la Fnaseph (Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap), pour Pomme d’Api.

L’école inclusive, un facteur de réussite

École inclusive – scolarité et handicap - Salle de coursTous les élèves, quels que soit leur milieu social et handicap ont le droit à l’éducation, basée sur l’égalité des chances. C’est une question de justice sociale.

L’éducation inclusive est un facteur de réussite pour l’inclusion sociale des élèves en situation de handicap et implique l’adaptation constante des méthodes d’apprentissage et d’évaluation, en fonction des besoins et capacités de chacun.

L’objectif est de permettre aux élèves en situation de handicap d’apprendre dans des conditions inclusives, tout en conservant un schéma pédagogique personnalisé et individualisé.

On parle alors d’enseignement scolaire alternatif adapté, avec la perspective d’une orientation vers un diplôme, l’accès aux études supérieures, et de favoriser l’insertion professionnelle.

L’école inclusive à travers l’Europe

Dans certains pays Européens tels que la Norvège, l’Espagne, le Portugal ou encore la Lituanie, plus de 80% des élèves porteurs de handicap sont intégrés dans l’école traditionnelle, tandis que la France, l’Angleterre, la Pologne, la Finlande ou le Danemark ont maintenu les approches multiples, en développant des classes spécialisées au sein des écoles classiques pour favoriser les passerelles entre élèves.

Enfin, l’Allemagne et la Belgique conservent un modèle binaire, accueillant la majorité des élèves handicapés en structures spécialisées.

En cause, les difficultés des enseignants à répondre aux besoins spécifiques et attentes pédagogiques des élèves présentant un handicap.

Construire une école inclusive mais pas utopique

Handicap et pathologies : comment pallier aux difficultés d’apprentissage ?

À la rentrée 2020, on comptabilise plus de 450 000 élèves en situation de handicap scolarisés, dont près de 80% en milieu ordinaire.

Troubles moteurs et perte d’autonomie

La déficience motrice peut affecter de manière partielle ou totale la motricité des membres supérieurs et/ou inférieurs.

Les gestes du quotidien deviennent de plus en plus difficiles à réaliser tels que les déplacements, les mouvements, l’alimentation…

Dans le cadre de la scolarité de l’enfant, le handicap lié aux troubles moteurs nécessite des aménagements adaptés tels que le mobilier de bureau, fournitures scolaires, et l’accès aux espaces.

Quant à l’apprentissage, il est indispensable d’utiliser une aide technique adaptée pour faciliter la communication écrite, au moyen d’un clavier numérique accessible par écran tactile, commande oculaire et autres moyens d’accès en fonction des capacités motrices de l’élève.

Trouble de parole et communication altérée

École inclusive – scolarité et handicap - Salle de classeLes troubles de la communication chez l’enfant, en fonction du degré d’altération et l’évolution de la pathologie, nécessitent un accompagnement personnalisé et des outils d’aide à la communication alternative améliorée (CAA) adaptés.

En effet, l’élève présentant des troubles de la communication peut entrainer des difficultés dans la compréhension des consignes, s’exprimer et se faire comprendre.

Il existe des solutions matérielles et logicielles pour pallier aux difficultés de communication, en fonction des attentes, besoins et capacités de l’élève. Dès lors que l’usage de la parole n’est plus envisageable, les appareils de communication alternative sont de véritables solutions de substitution.

De plus, ces outils d’aide à la communication permettent de mesurer l’apprentissage et d’évaluer les progrès, en fonction des objectifs éducatifs.

Troubles cognitifs

Lorsque les fonctions cognitives sont altérées, il est fréquent de constater chez la personne en situation de handicap des troubles de l’attention, de la mémoire, du langage, des difficultés à s’adapter et interagir. En revanche, ni les fonctions intellectuelles ni les sens ne sont affectés.

Pour un élève atteint de paralysie cérébrale, les conséquences du handicap entrainent le plus souvent des troubles neuropsychologiques et l’altération des fonctions exécutives, provoquant des difficultés de repérage spatio-temporelles.

La planification, de manière séquentielle, d’une journée de classe permet à l’élève en situation de handicap de se repérer dans le temps et de rythmer chaque activité, pour contribuer à :

  • Réduire l’anxiété
  • Faciliter l’anticipation
  • Éviter la frustration
  • Développer l’autonomie
  • Appréhender les comportements perturbateurs
  • Encourager l’interaction et une participation plus active
  • Aider à la maîtrise de soi
  • Favoriser l’orientation

TSA

École inclusive – scolarité et handicap - Salle de classeLa scolarisation des enfants avec troubles du spectre de l’autisme (TSA) est un enjeu majeur de la stratégie nationale et de la construction d’une école pleinement inclusive.

L’engagement n°3 de la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement (TND) 2018-2022 « rattraper notre retard en matière de scolarisation » prévoit notamment la création de 45 unités d’enseignement élémentaire autisme (UEEA) d’ici 2023, réparties sur les zones du territoire qui comptent le plus de jeunes enfants.

A la rentrée 2022, c’est 84 nouveaux dispositifs UEMA et UEEA créés.

Les limites de l’école inclusive

Valoriser un système éducatif inclusif implique la mobilisation d’acteurs engagés pour l’épanouissement et la réussite des élèves en situation de handicap.

Malgré les efforts du gouvernement, l’école inclusive reste un défi de taille pour les établissements scolaires, le corps enseignant et les familles.

Les contraintes sont encore trop souvent synonymes de démobilisation et d’échec, tant au niveau de la démarche pédagogique que des moyens humains.

En effet, l’école inclusive repose principalement sur les directives du service public, avec des budgets et investissements limités, ainsi que des carences importantes en prévention, sensibilisation et formation des enseignants.

Mieux préparer les enseignants et éducateurs spécialisés : outils pédagogiques adaptés et aide technique à la communication

Démocratiser la Communication Alternative Améliorée (CAA)

En étroite collaboration avec les thérapeutes, les enseignants et encadrants, ainsi que les familles, l’objectif est d’accompagner les élèves en situation de handicap vers une société plus inclusive et un apprentissage basé sur un socle commun d’acquisition des connaissances en milieu ordinaire.

Au-delà de la démarche pédagogique, les aides techniques de CAA contribuent à l’amélioration du quotidien, l’épanouissement des élèves en situation de handicap et leur entourage, et permettent de (re)gagner en autonomie et de rompre l’isolement social.

Former et équiper les établissements scolaires aux aides techniques

Les dispositifs médicaux de communication alternative en établissement scolaire régissent l’ensemble des solutions adaptées pour améliorer le quotidien des élèves en situation de handicap, et favoriser les axes de travail éducatif des enseignants.

L’accompagnement et le développement des compétences techniques des enseignants et encadrants, par la formation et le suivi des bonnes pratiques d’utilisation sur le long terme, doivent permettre de contribuer au bon développement cognitif, l’apaisement et la communication des élèves en situation de handicap.

CENOMY, 12 Septembre 2022 | École inclusive – scolarité et handicap

Contact presse : marketing@cenomy.com

cookie