Sclérose En Plaques : comprendre cette maladie auto-immune

Qu’est-ce que la Sclérose en Plaques ?

La Sclérose En Plaques (SEP) est une maladie auto-immune chronique du système nerveux central, qui affecte le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Une maladie auto-immune survient lorsque le système immunitaire, qui protège normalement l’organisme contre les infections et les maladies, se retourne contre ses propres cellules et tissus. Dans le cas de la SEP, cette réponse immunitaire anormale conduit à la destruction progressive de la myéline, la gaine protectrice entourant les fibres nerveuses, ce qui perturbe la transmission des influx nerveux.

 

La SEP est souvent diagnostiquée chez les jeunes adultes, en particulier les femmes, et sa prévalence varie selon les régions du monde. Bien que les causes exactes de la SEP restent inconnues, on pense qu’elle résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Selon l’Inserm, plusieurs gènes de susceptibilité ont été identifiés, et des hypothèses pointent vers des déclencheurs tels que certaines infections virales et un déficit en vitamine D.

La SEP en quelques chiffres

En France, la sclérose en plaques est la première cause de handicap neurologique non traumatique chez les jeunes adultes. Selon les données de l’Association Française des Sclérosés en Plaques (AFSEP) et de la Société Française de Neurologie, on estime qu’environ 110 000 personnes sont atteintes de SEP en France. Chaque année, environ 4 500 nouveaux cas sont diagnostiqués, ce qui représente une incidence d’environ 8 à 10 nouveaux cas pour 100 000 habitants.

 

La prévalence de la SEP en France est relativement élevée par rapport à d’autres pays, ce qui en fait une préoccupation majeure de santé publique. La maladie touche principalement les adultes jeunes, avec un âge moyen de début des symptômes se situant entre 20 et 40 ans. Les femmes sont également plus souvent touchées que les hommes, avec un ratio d’environ 3 femmes pour 1 homme.

 

Ces chiffres soulignent l’importance de la sensibilisation à la SEP, ainsi que de la recherche et de la prise en charge précoce de la maladie. Une meilleure compréhension des facteurs de risque, des mécanismes sous-jacents et des options thérapeutiques peut contribuer à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de SEP en France et à réduire l’impact de la maladie sur la société.

Pourquoi la SEP touche principalement les jeunes femmes ?

La sclérose en plaques touche principalement les jeunes adultes, et les femmes sont deux à trois fois plus susceptibles de développer cette maladie que les hommes. Plusieurs hypothèses tentent d’expliquer cette différence de prévalence entre les sexes. Selon l’Inserm, les hormones sexuelles féminines, comme les œstrogènes, pourraient jouer un rôle dans cette susceptibilité accrue. Ces hormones influencent le système immunitaire et pourraient contribuer à la réponse auto-immune observée dans la SEP. Par ailleurs, des études suggèrent que les différences génétiques entre hommes et femmes peuvent également influencer le risque de développer la maladie.

 

Des recherches apportent des éclaircissements supplémentaires sur les raisons pour lesquelles la sclérose en plaques touche principalement les jeunes femmes. Une étude publiée dans le journal « Neurology » indique que les différences immunitaires intrinsèques entre les sexes peuvent jouer un rôle clé. Les femmes ont généralement une réponse immunitaire plus active que les hommes, ce qui pourrait les rendre plus susceptibles aux maladies auto-immunes comme la SEP.

En outre, la revue « Multiple Sclerosis Journal » évoque l’influence des facteurs hormonaux au-delà des œstrogènes, incluant la progestérone et les fluctuations hormonales liées aux cycles menstruels, à la grossesse et à la ménopause. Ces variations hormonales peuvent moduler la réponse immunitaire et, par conséquent, affecter la susceptibilité à la SEP.

 

D’autres études mettent en avant l’impact des facteurs sociaux et comportementaux. Par exemple, les femmes sont souvent plus exposées à certains facteurs de stress psychosociaux, qui peuvent influencer l’apparition et la progression des maladies auto-immunes. De plus, des recherches suggèrent que les femmes peuvent avoir des comportements de réflèxes de soins plus fréquents que les hommes, menant à un diagnostic plus précoce de la SEP.

Enfin, la génétique joue également un rôle déterminant. Des recherches génomiques ont identifié des variants génétiques spécifiques qui sont plus courants chez les femmes et qui sont associés à un risque accru de SEP. Ces découvertes soulignent l’importance de la recherche multidisciplinaire pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à la prévalence plus élevée de la SEP chez les jeunes femmes.

La SEP, une maladie complexe

Si la SEP n’est pas une maladie génétique ou héréditaire au sens strict, elle présente des caractéristiques semblables.

 

Éléments génétiques

 

La SEP est influencée par des facteurs génétiques. Des études ont identifié plusieurs gènes de susceptibilité qui augmentent le risque de développer la maladie. Par exemple, les variations du gène HLA-DRB1 sur le chromosome 6 sont fortement associées à un risque accru de SEP. Cependant, ces gènes ne sont pas suffisants pour provoquer la maladie par eux-mêmes ; ils augmentent simplement la susceptibilité.

 

 

Éléments héréditaires

 

Bien que la SEP ne soit pas directement héritée comme une maladie monogénique (transmise par un seul gène), il existe un risque accru au sein des familles. Les proches parents (en particulier les frères, sœurs et enfants) d’une personne atteinte de SEP ont un risque plus élevé de développer la maladie par rapport à la population générale. Cependant, ce risque reste relativement faible, soulignant l’importance des facteurs environnementaux et autres influences non génétiques.

 

 

Éléments sporadiques

 

La plupart des cas de SEP sont sporadiques, signifiant qu’ils surviennent sans antécédents familiaux de la maladie. Cela suggère que des facteurs environnementaux jouent un rôle crucial dans le déclenchement de la maladie. Parmi ces facteurs, on trouve des infections virales (comme l’Epstein-Barr), des carences en vitamine D, et d’autres influences environnementales qui peuvent interagir avec la susceptibilité génétique.

Les premiers symptômes de la SEP et leur évolution

Les premiers symptômes de la sclérose en plaques varient considérablement d’une personne à l’autre, reflétant la nature hétérogène de la maladie. Les symptômes initiaux les plus courants incluent des troubles de la vision, qui devient floue ou double, et une névrite optique qui se manifeste par une douleur lors des mouvements oculaires, et une perte de vision partielle ou totale. D’autres signes précoces peuvent inclure des troubles moteurs, tels que la faiblesse musculaire, des spasmes, ou une paralysie partielle des membres. Des troubles de la coordination et de l’équilibre, comme des étourdissements et des difficultés à marcher, sont également fréquents. Par ailleurs, des symptômes sensoriels, tels que des engourdissements, des picotements, ou une sensation de brûlure dans les membres, peuvent se manifester.

 

L’évolution de la SEP est imprévisible et peut suivre plusieurs formes cliniques. Selon les recherches publiées dans « The Lancet Neurology », environ 85% des patients débutent avec une forme rémittente-récurrente, caractérisée par des poussées de symptômes suivies de périodes de rémission. Au fil du temps, cette forme peut évoluer vers une forme progressive secondaire, marquée par une aggravation progressive des symptômes sans périodes de rémission distinctes. Environ 10-15% des patients présentent d’emblée une forme progressive primaire, où les symptômes s’aggravent progressivement dès le début sans rémission.

Des études comme celles de l’Inserm et de la National Multiple Sclerosis Society soulignent que l’identification précoce des symptômes et une prise en charge rapide sont cruciales pour ralentir la progression de la maladie et améliorer la qualité de vie des patients. Les traitements actuels visent à réduire la fréquence et la gravité des poussées, à gérer les symptômes et à modifier l’évolution naturelle de la maladie.

Diagnostic de la SEP

Le diagnostic de la sclérose en plaques permet une prise en charge précoce et efficace de la maladie, pouvant potentiellement ralentir sa progression. Selon les directives de la Société Américaine de Neurologie et les recommandations de l’Inserm, le processus diagnostique repose principalement sur une combinaison d’examens cliniques, d’imagerie par résonance magnétique (IRM), et d’analyses biologiques. L’IRM est l’outil de référence, permettant de visualiser les lésions caractéristiques de la SEP dans le cerveau et la moelle épinière, souvent visibles sous forme de plaques de démyélinisation. Ces lésions sont généralement réparties dans l’espace (différents endroits du système nerveux central) et dans le temps (apparition à différents moments).

 

En complément, une ponction lombaire peut être réalisée pour analyser le liquide céphalo-rachidien (LCR) à la recherche de bandes oligoclonales, des protéines spécifiques indicatives d’une inflammation chronique du système nerveux central. L’évaluation clinique, incluant l’historique des symptômes et un examen neurologique complet, est essentielle pour corroborer les résultats des tests paracliniques.

Les traitements qui existent contre la SEP

  • Le traitement de la sclérose en plaques repose sur une approche multidimensionnelle, incluant des interventions médicamenteuses, thérapeutiques et de soutien, pour gérer les symptômes, réduire la fréquence des poussées et ralentir la progression de la maladie. Les traitements médicamenteux se divisent principalement en trois catégories : les traitements de fond, les traitements des poussées et les traitements symptomatiques.

 

  • Les traitements de fond ou modificateurs de la maladie, comme les interférons bêta (Avonex, Rebif), le glatiramère acétate (Copaxone), les anticorps monoclonaux (Ocrelizumab, Natalizumab), et les modulateurs du récepteur de la sphingosine-1-phosphate (Fingolimod, Siponimod), visent à réduire la fréquence des poussées et à ralentir la progression de la maladie. Des études, telles que celles publiées dans « The Lancet Neurology », ont montré que ces traitements peuvent réduire la fréquence des poussées de 30 à 70 % et ralentir l’accumulation de handicap à long terme.

 

  • Les traitements des poussées consistent principalement en des corticostéroïdes, comme la méthylprednisolone, administrés à haute dose sur une courte période pour réduire l’inflammation aiguë et accélérer la récupération après une poussée.

 

  • Les traitements symptomatiques sont variés et visent à gérer les nombreux symptômes de la SEP. Ils incluent des médicaments pour la spasticité (baclofène, tizanidine), des analgésiques pour la douleur neuropathique, des médicaments pour les troubles urinaires (anticholinergiques), et des interventions pour les troubles cognitifs et dépressifs. La rééducation par kinésithérapie, l’ergothérapie, et la rééducation cognitive jouent également un rôle déterminant pour maintenir la mobilité et l’autonomie des patients.

 

 

En plus des traitements pharmacologiques, des approches non médicamenteuses telles que la thérapie par l’exercice, la gestion du stress, et les interventions diététiques peuvent améliorer la qualité de vie des patients. Les recherches en cours explorent également des thérapies innovantes comme la transplantation de cellules souches hématopoïétiques, qui a montré des résultats prometteurs dans certains cas de SEP réfractaire.

 

Globalement, bien que la SEP reste incurable, les avancées thérapeutiques ont considérablement amélioré la gestion de la maladie, permettant à de nombreux patients de mener une vie plus active et moins marquée par les incapacités liées à la SEP.

SEP et handicap

La sclérose en plaques est une maladie évolutive qui peut entraîner divers degrés de handicap, affectant la capacité motrice et la communication des patients. Les symptômes et leur progression varient considérablement d’une personne à l’autre, mais la maladie peut provoquer une accumulation de déficits neurologiques au fil du temps. Environ 15 ans après le diagnostic, jusqu’à 50 % des patients peuvent nécessiter une aide pour la marche, comme une canne ou un déambulateur, selon des études publiées dans « The Lancet Neurology ». Les formes plus sévères de la SEP, notamment la forme progressive primaire, peuvent entraîner une incapacité motrice importante, obligeant certains patients à utiliser un fauteuil roulant.

 

Les atteintes motrices incluent la faiblesse musculaire, la spasticité, la fatigue extrême, et des troubles de la coordination, rendant difficiles les activités quotidiennes telles que marcher, se lever ou tenir des objets. Ces limitations physiques peuvent être accompagnées de troubles sensoriels, comme des engourdissements ou des douleurs neuropathiques, exacerbant le handicap moteur.

 

En outre, la SEP peut affecter la parole et la communication. Les troubles de la parole, ou dysarthrie, peuvent se manifester par une élocution lente, un volume vocal réduit, ou des difficultés à articuler, rendant la communication verbale difficile. Les troubles cognitifs, tels que des problèmes de mémoire, de concentration et de planification, peuvent également nuire à la communication et à la gestion des tâches quotidiennes.

 

Pour compenser ces limitations, les aides techniques peuvent être nécessaires. Les dispositifs de mobilité incluent les cannes, déambulateurs, fauteuils roulants manuels ou électriques, et scooters motorisés. Des adaptations environnementales, comme des rampes et des barres d’appui, peuvent améliorer l’accessibilité et la sécurité à domicile. Pour les troubles de la communication, des outils comme les applications de synthèse vocale, les tableaux de communication et les appareils de communication assistée (CAA) peuvent aider les patients à exprimer leurs besoins et à interagir avec leur entourage.

Les interventions de rééducation, comprenant la kinésithérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie, sont essentielles pour maximiser l’autonomie et la qualité de vie des personnes atteintes de SEP. En dépit de la variabilité et de la gravité des symptômes, une prise en charge adaptée permet souvent de réduire l’impact du handicap et de maintenir une certaine indépendance.

SEP et espérance de vie

L’espérance de vie des personnes atteintes de la sclérose en plaques a considérablement augmenté au fil des décennies, grâce aux avancées dans les traitements et la prise en charge de la maladie. Selon les recherches et les données épidémiologiques, les personnes atteintes de SEP vivent en moyenne environ 7 à 14 ans de moins que la population générale. Cependant, cette différence tend à se réduire avec les améliorations continues dans les soins médicaux et les thérapies modificateurs de la maladie.

 

Des études, comme celles publiées dans « Neurology » et « Multiple Sclerosis Journal », montrent que les patients diagnostiqués aujourd’hui bénéficient d’une meilleure prise en charge, incluant des traitements plus efficaces pour réduire la fréquence et la gravité des poussées, ralentir la progression de la maladie, et gérer les symptômes associés. Les thérapies actuelles, notamment les médicaments immunomodulateurs et les traitements symptomatiques, ont significativement contribué à améliorer la qualité de vie et à prolonger la vie des personnes atteintes de SEP.

Il est important de noter que l’espérance de vie peut varier en fonction de plusieurs facteurs, y compris le type de SEP (rémittente-récurrente ou progressive), l’âge au moment du diagnostic, le sexe, la présence de comorbidités, et l’accès aux soins médicaux. Les personnes atteintes de formes plus bénignes de la maladie, qui répondent bien aux traitements, peuvent vivre presque aussi longtemps que celles sans SEP.

 

En outre, des modes de vie sains, comprenant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, et une gestion proactive des symptômes et des complications, peuvent également influencer positivement l’espérance de vie des patients. L’engagement dans des programmes de réadaptation et le soutien social jouent un rôle crucial dans le maintien d’une bonne qualité de vie et dans la prolongation de la vie des personnes atteintes de SEP.

Vivre en étant atteint de la sclérose en plaques

Vivre avec la sclérose en plaques peut présenter des défis, mais avec une bonne prise en charge et un soutien approprié, il est tout à fait possible de mener une vie épanouissante malgré la maladie.

 

  • Éducation et compréhension : Apprenez autant que possible sur la SEP, y compris ses symptômes, ses traitements et ses impacts sur la vie quotidienne. Comprendre la maladie peut vous aider à mieux gérer ses effets et à prendre des décisions éclairées en matière de traitement.

 

  • Soins médicaux réguliers : Assurez-vous de suivre régulièrement vos rendez-vous médicaux avec votre neurologue et les autres professionnels de santé impliqués dans votre prise en charge. Un suivi médical régulier permet de surveiller l’évolution de la maladie et d’ajuster les traitements si nécessaire.

 

  • Adoption d’un mode de vie sain : Maintenir un mode de vie sain peut aider à minimiser les symptômes de la SEP et à améliorer votre qualité de vie. Cela inclut une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, la gestion du stress, et suffisamment de repos.

 

  • Gestion des symptômes : Travaillez avec votre équipe médicale pour trouver des stratégies efficaces pour gérer vos symptômes. Cela peut inclure l’utilisation de médicaments pour contrôler la spasticité, la fatigue ou la douleur, ainsi que des thérapies complémentaires comme la kinésithérapie ou la relaxation.

 

  • Adaptations et aides techniques : Identifiez les adaptations et les aides techniques qui peuvent faciliter votre vie quotidienne. Cela peut inclure l’utilisation de dispositifs de mobilité tels que des cannes ou des déambulateurs, des adaptations de l’environnement domestique, ou des dispositifs d’assistance à la communication.

 

  • Soutien social et émotionnel : Cherchez du soutien auprès de votre famille, de vos amis et de groupes de soutien de personnes atteintes de SEP. Le partage d’expériences et le soutien émotionnel peuvent être très bénéfiques pour faire face aux défis de la maladie.

 

  • Planification de l’avenir : Établissez des objectifs réalistes et adaptez vos plans en fonction des besoins changeants de votre santé. Cela peut inclure des ajustements professionnels, financiers ou personnels pour répondre aux exigences de la maladie.

 

En fin de compte, vivre avec la SEP nécessite une approche holistique, axée sur la prise en charge médicale, la gestion des symptômes, le soutien social et le maintien d’un mode de vie sain. En s’appuyant sur ces piliers, de nombreuses personnes atteintes de SEP parviennent à maintenir une bonne qualité de vie et à trouver le bon équilibre malgré les défis rencontrés.

 

Pour les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) nécessitant un encadrement thérapeutique plus intense ou un soutien quotidien, diverses options d’hébergement spécialisé sont disponibles. Ces établissements offrent un environnement adapté aux besoins spécifiques des patients, avec un personnel formé pour fournir des soins médicaux et une assistance dans les activités quotidiennes. Les possibilités d’hébergement spécialisé incluent les centres de réadaptation neurologique, les établissements médicalisés, les maisons de repos et les services de soins à domicile spécialisés. Ces structures fournissent des services tels que la rééducation physique et cognitive, la gestion des symptômes, la surveillance médicale régulière, et l’assistance dans les activités de la vie quotidienne, y compris la toilette, l’alimentation et la mobilité. L’objectif de ces hébergements spécialisés est d’optimiser la qualité de vie des personnes atteintes de SEP en leur offrant un environnement sûr et sécurisé, ainsi qu’un soutien personnalisé pour répondre à leurs besoins spécifiques en matière de santé et de bien-être.

 

 

L’Association Française Sclérosés en Plaques (AFSEP)

 

L’AFSEP est une organisation engagée dans la lutte contre la sclérose en plaques en France. Fondée en 1957, l’AFSEP a pour mission principale de soutenir les personnes atteintes de SEP et leurs proches en leur fournissant des informations, des ressources et un réseau de soutien. L’association s’efforce également de sensibiliser le grand public à la SEP et de promouvoir la recherche sur la maladie.

 

Parmi ses actions, l’AFSEP propose des services d’écoute et d’information pour répondre aux questions des patients et les orienter vers les ressources appropriées. L’association organise également des groupes de soutien et des événements pour permettre aux personnes touchées par la SEP de se rencontrer, d’échanger des expériences et de partager des conseils pratiques.

 

En plus de son travail de soutien aux patients, l’AFSEP s’engage activement dans la sensibilisation du public à la SEP et dans le plaidoyer en faveur des droits des personnes atteintes de la maladie. L’association participe à des campagnes de sensibilisation, organise des événements de collecte de fonds et travaille en collaboration avec d’autres organisations de santé pour faire avancer la cause de la SEP.

 

Grâce à ses efforts continus, l’AFSEP a contribué à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de SEP en France et à faire avancer la recherche sur la maladie. Son engagement envers la communauté SEP, sa persévérance dans la sensibilisation du public et son plaidoyer pour une meilleure prise en charge des patients ont été des éléments clés de ses réussites au fil des années.

 

 

Comment compenser la communication orale déficitaire des personnes sclérosées avec une forme sévère ?

 

Les aides techniques à la communication, telles que la commande oculaire pour générer une synthèse vocale par les yeux, sont des outils précieux pour les personnes atteintes de sclérose en plaques sévère et qui rencontrent des difficultés à s’exprimer verbalement. Ces technologies permettent aux individus avec une mobilité limitée ou des troubles de la parole de communiquer efficacement en utilisant des mouvements oculaires, pour contrôler un dispositif informatique. La commande oculaire utilise des caméras pour suivre les mouvements des yeux et convertir ces mouvements en commandes sur un écran d’ordinateur ou un dispositif mobile.

 

Pour les personnes atteintes de SEP, ces aides techniques peuvent offrir une nouvelle liberté d’expression et une manière plus fluide de communiquer avec les autres. En utilisant la commande oculaire, les patients peuvent sélectionner des lettres, des mots ou des phrases sur un clavier virtuel affiché à l’écran, puis les convertir en une synthèse vocale qui reproduit le texte à haute voix. Cela leur permet de participer à des conversations, d’exprimer leurs besoins et leurs préférences, et de maintenir des interactions sociales importantes malgré les défis liés à la maladie.

 

En plus de la commande oculaire, d’autres aides techniques à la communication sont également disponibles pour les personnes atteintes de SEP, telles que les dispositifs de pointage par contact tactile, les systèmes de reconnaissance vocale et les applications de communication assistée (CAA) sur tablettes et smartphones. Ces outils sont souvent adaptés aux besoins individuels des patients et peuvent être intégrés dans un plan de soins global pour améliorer la qualité de vie et favoriser l’autonomie.

 

Il est important que les personnes atteintes de SEP aient accès à une évaluation professionnelle pour déterminer quelles aides techniques à la communication conviennent le mieux à leurs besoins et à leurs capacités. En collaborant avec des spécialistes en réadaptation et en technologie d’assistance, les patients peuvent maximiser les avantages de ces outils et continuer à communiquer efficacement, malgré les obstacles liés à la maladie.

CENOMY, 4 Juin 2024 |Sclérose En Plaques : comprendre cette maladie auto-immune

 

Contact presse : marketing@cenomy.com

 

 

Cet article est la propriété intellectuelle de CENOMY, toute utilisation ou reproduction, même partielle, est soumise à une demande d’autorisation.

13/06/2024

Rencontre avec Anthony, votre Référent Domotique Handicap CENOMY

Interview | 13 Juin 2024

Découvrez le portrait d’Anthony, notre nouveau Référent et Chef produits Domotique Handicap CENOMY.
04/06/2024

Sclérose En Plaques : comprendre cette maladie auto-immune

Handicap | 4 Juin 2024

Certaines formes plus sévères de la Sclérose En Plaques (SEP) peuvent entrainer une situation de handicap moteur et des troubles de la parole, et nécessitent des aides techniques adaptées.
06/05/2024

Adapter une chambre médicalisée avec la domotique

Solution | 6 Mai 2024

CENOMY vous accompagne dans votre projet domotique pour adapter et sécuriser une chambre médicalisée, en établissement ou à domicile.
29/04/2024

Les enjeux de la Communication Alternative Améliorée (CAA) en établissement

CAA | 29 Avril 2024

La CAA se démocratise dans les établissements (ESMS), une démarche soutenue par le gouvernement, et à travers laquelle CENOMY vous accompagne dans votre parcours de formation et d’équipement.
23/04/2024

Les enjeux de l’accessibilité numérique pour personnes handicapées

Inclusion | 23 Avril 2024

Dans un monde de plus en plus connecté, l’accessibilité numérique est devenue un enjeu crucial pour garantir l’inclusion de tous les individus, y compris les personnes handicapées.
23/04/2024

SLA : l’Association H(Ê)tre des Hospices Civils de Beaune développe son parc matériel

Réussite | 23 Avril 2024

Découvrez l’initiative de l’Association (H)Être pour soutenir les personnes atteintes de la SLA avec la mise à disposition d’appareils de communication à commande oculaire.
20/03/2024

Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) : modalités d’accueil

Handicap | 20 Mars 2024

Cet article vous aide à mieux comprendre le processus d’admission en FAM et les démarches qui en découlent.
19/03/2024

TD Snap : le logiciel de CAA par pictogrammes le plus intuitif

CAA | 19 Mars 2024

Recommandé par les orthophonistes, TD Snap est un logiciel de CAA développé par Tobii Dynavox, pour favoriser l’apprentissage de la communication par pictogrammes.
05/03/2024

Rencontre avec Bastien, ergothérapeute et Conseiller CENOMY en Nouvelle-Aquitaine

Interview | 5 Mars 2024

Découvrez le portrait de Bastien, ergothérapeute et Conseiller CENOMY en Nouvelle-Aquitaine.
26/02/2024

Symptômes caractéristiques et conséquences du syndrome Prader-Willi

Handicap | 26 Février 2024

Décrypter le Syndrome de Prader-Willi et les conséquences de cette maladie génétique rare.
14/02/2024

Symptômes et premiers signes de la maladie de Huntington (chorée de Huntington)

Handicap | 14 Février 2024

Comprendre la maladie de Huntington (ou chorée de Huntington) et les conséquences du handicap qui en découlent, pour déterminer et adapter les solutions pour l’autonomie des malades.
05/02/2024

Myopathie de Duchenne : comprendre cette maladie neuromusculaire progressive

Handicap | 5 Février 2024

Comprendre la myopathie de Duchenne, une maladie neuromusculaire d’origine génétique qui provoque la dégénérescence progressive des muscles.
13/11/2023

5 façons dont la CAA peut soutenir une personne atteinte d’autisme

Handicap | 13 Novembre 2023

Smartbox Assistive Technology, le développeur des logiciels Grid, aborde 5 façons dont la CAA peut soutenir la participation sociale et la communication d’une personne autiste.
Tétraplégie
19/10/2023

Tétraplégie : comment préserver l’autonomie des personnes tétraplégiques ?

Handicap | 19 Octobre 2023

Comprendre les enjeux de l’accessibilité numérique, un levier d’autonomie majeur pour les personnes tétraplégiques.
Polyhandicap
10/10/2023

Polyhandicap : comment développer la communication des personnes polyhandicapées ?

Handicap | 10 Octobre 2023

Comprendre l’origine et les conséquences du polyhandicap ; identifier les stratégies de communication pour stimuler et développer les apprentissages.
CAA
05/10/2023

Qu’est-ce que la CAA ?

CAA | 5 Octobre 2023

Comprendre la CAA et ses enjeux : définition, droit universel, apprentissage, communication, autonomie, tablettes numériques de CAA, financements MDPH.
Syndrome de Rett
13/09/2023

Syndrome de Rett : quelle est cette maladie neurodégénérative et génétique rare ?

Handicap | 13 Septembre 2023

Quelle est cette maladie neurodégénérative et génétique rare qui touche quasi exclusivement les petites filles entre 6 et 24 mois ?
École inclusive – scolarité et handicap
04/09/2023

École inclusive – vivre sa scolarité en milieu ordinaire malgré le handicap

Inclusion | 4 Septembre 2023

« L’inclusion scolaire est un enjeu fondamental d’égalité. Elle a pour ambition de développer, année après année, l’autonomie des élèves et de leur permettre l’accès aux savoirs et à […] »
CENOMY fête ses 5 ans
04/09/2023

CENOMY fête ses 5 ans !

Le mot de l’équipe | 4 Septembre 2023

CENOMY fête ses 5 ans et plus de 40 ans d’expertise en solutions et technologies pour la communication et l’autonomie des personnes en situation de handicap moteur et cognitif.
Qu'est-ce qui provoque la maladie de charcot
07/07/2023

Qu’est-ce qui provoque la maladie de Charcot ?

Handicap | 7 Juillet 2023

En savoir plus sur les causes et les effets de la maladie de Charcot, une maladie neurodégénérative rare qui affecte les neurones moteurs. Découvrez les symptômes, les facteurs génétiques impliqués dans son développement.
Commande oculaire, comment s'y retrouver?
27/06/2023

Commande oculaire comment s’y retrouver ?

Solution | 27 Juin 2023

Parmi toutes les commandes oculaires, comment s’y retrouver et choisir celle qui correspond à vos besoins, vos attentes et vos exigences ?
Vivre avec la SLA
16/06/2023

Vivre avec la SLA (maladie de Charcot)

Handicap | 16 Juin 2023

CENOMY est votre partenaire de choix pour accompagner les personnes et familles touchées par la SLA, avec une prise en charge prioritaire et des solutions dédiées
Eye Connect , l'autonomie accessible à partir de 5 800 Euros
05/06/2023

Eye Connect, l’autonomie accessible

Solution | 5 Juin 2023

Eye Connect est un kit de communication tout en un accessible, pour communiquer et bien plus encore avec les yeux, et éligible aux financements MDPH
Comment financer une aide technique CENOMY?
12/05/2023

Comment financer une aide technique CENOMY ?

Financements MDPH | 12 Mai 2023

Conscient des difficultés rencontrées par nos clients concernant les financements MDPH, CENOMY a mis en place une procédure simplifiée pour obtenir le matériel.
Conférence Nationale du Handicap 2023, ce qu'il faut retenir.
09/05/2023

Conférence Nationale du Handicap 2023 : ce qu’il faut retenir

CAA | 9 Mai 2023

CENOMY décrypte les mesures annoncées lors de la 6ème Conférence Nationale du Handicap du 26 Avril dernier, où le droit de communiquer a été largement défendu.
Grid 3, le logiciel de référence pour la caa
02/05/2023

Grid 3 : le logiciel de référence pour la CAA

CAA | 2 Mai 2023

Grid 3 est le logiciel de référence pour la CAA, suivi par une large communauté d’utilisateurs dans le monde, pour communiquer et (re)devenir autonome.
L'autisme chez l'enfant - développer la participation sociale et la communication
24/04/2023

L’autisme chez l’enfant : développer la participation sociale et la communication

Handicap | 24 Avril 2023

Comprendre les mécanismes de compensation de l’autisme, pour développer la participation sociale et la communication chez l’enfant autiste.
Maladies rares - mieux comprendre pour mieux accompagner
14/03/2023

Maladies rares : mieux comprendre pour mieux accompagner

Handicap | 14 Mars 2023

Environ 80% des maladies rares sont d’origine génétique, et provoquent dans 50% des cas des troubles sensorielles et cognitifs, contre 9% entrainant une perte d’autonomie totale.
AssistX Call
30/01/2023

Appels-malade : alerter en toute sécurité

Solution | 30 Janvier 2023

Découvrez les alternatives à la poire d’appel ou sonnette d’alarme pour alerter avec un système d’appels-malade compatible avec la plupart des installations existantes
I-Series, l'excellence pour l'autonomie
16/01/2023

I-Series : l’excellence pour l’autonomie

Solution | 16 Janvier 2023

Le seul dispositif de communication au monde qui permet une utilisation autonome avec le regard pour allumer ou éteindre l’écran, sans besoin de l’intervention d’un tiers.
Paralysie cérébrale - vivre, apprendre et s'épanouir
09/01/2023

Paralysie cérébrale : vivre, apprendre et s’épanouir

Handicap | 9 Janvier 2023

Comment développer les apprentissages chez les enfants atteints de paralysie cérébrale, et mettre en place un outil de communication adaptée ?
Meilleurs voeux 2023
03/01/2023

Quoi de neuf en 2023 ?

Le mot de l’équipe | 3 Janvier 2023

Toute l’équipe de CENOMY vous présente ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2023 ! Que celle-ci vous soit riche de défis réussis et de belles victoires sur la vie.
La CAA pour la liberté d'expression
04/10/2022

La CAA pour la liberté d’expression

CAA | 4 Octobre 2022

Si la liberté d’expression est au cœur de l’actualité, qu’en est-il de celle pour ceux qui sont touchés par le handicap, et qui au sens littéral du terme, ont perdu toute liberté de s’exprimer ?
Support technique CENOMY - Pierre est votre interlocuteur
26/09/2022

Rencontre avec Pierre, notre expert au support technique CENOMY

Interview | 26 Septembre 2022

« J’accompagne les utilisateurs au quotidien dans les bonnes pratiques liées aux matériels et logiciels, en apportant des solutions fonctionnelles aux problèmes techniques »
Surdité - communiquer et développer l'alphabétisation
21/09/2022

Surdité : communiquer et développer l’alphabétisation

Handicap | 21 Septembre 2022

En France, on compte 6 millions de personnes sourdes, dont 500 000 ayant une surdité sévère à profonde, et seulement 283 000 personnes qui utilisent la Langue des Signes Française…
C'est la rentrée_CENOMY
05/09/2022

C’est la rentrée : CENOMY vous souhaite une bonne rentrée 2022 !

Le mot de l’équipe | 5 Septembre 2022

L’occasion pour nous de faire une rétrospective de ces derniers mois riches en évènements et nouveautés, et de vous dévoiler nos projets à venir pour bien préparer la rentrée.
Contrôle d’environnement domotique - Rendre leur indépendance aux personnes en situation de handicap
17/05/2022

Contrôle d’environnement domotique : autonomie préservée

Solution | 17 Mai 2022

Au-delà du handicap, la perte d’autonomie peut également générer un état de stress important et dégrader l’estime, l’image et la confiance en soi du patient.
Découvrir le portrait d'Amandine
19/04/2022

Rencontre avec Amandine, notre Chargée Marketing et Commerciale

Interview | 19 Avril 2022

« Rejoindre CENOMY représente pour moi une grande opportunité de développer de nouvelles compétences […] et contribuer, d’une certaine manière, à l’inclusion pour tous. »
Enfant autiste
12/04/2022

Autisme : les bénéfices éducatifs et thérapeutiques

Handicap | 12 Avril 2022

Les leviers pour favoriser l’apprentissage et le développement personnel de l’enfant autiste : école inclusive, solutions de CAA, salle sensorielle…
Tablette tactile TD I-110_CNY
30/03/2022

TD I-110 : La CAA à portée de main

Solution | 29 Mars 2022

Plus robuste et durable que sa version précédente, le nouveau TD I-110 est un dispositif médical de communication conçu pour durer et résister à toutes les situations.
Soad Anguenot
15/03/2022

Rencontre avec Soad, notre ergothérapeute en région PACA

Interview | 15 Mars 2022

Soad est diplômée de l’IFE de Toulouse et a déjà mené deux missions humanitaires au Togo et Sri Lanka en tant qu’ergothérapeute, auprès d’un public défavorisé et en situation de handicap.
Locked-In-Syndrome (LIS) - communiquer et préserver son autonomie
28/02/2022

Locked-In-Syndrome : sortir de l’enfermement

Handicap | 28 Février 2022

Le Locked-In-Syndrome ou syndrome d’enfermement, touche plus de 500 personnes en France, et survient majoritairement à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC) du tronc cérébral
Camille Olivier
14/02/2022

Rencontre avec Camille, notre ergothérapeute en région Aquitaine

Interview | 14 Février 2022

Après avoir exercé près de 5 ans en tant qu’ergothérapeute, Camille a rejoint notre équipe de conseillers sur la région Aquitaine, aux côtés de Robin.
TD Pilot tablette iPad
24/01/2022

TD Pilot : l’univers iPad par commande oculaire

Solution | 24 Janvier 2022

La technologie Apple et l’innovation Tobii Dynavox au service du handicap, réunies dans TD Pilot, un dispositif médical de communication par commande oculaire.
Financements MDPH
17/01/2022

Financements MDPH : financer une aide technique en 3 étapes

Financements MDPH | 17 Janvier 2022

Qu’il s’agisse d’un appareil de communication, d’une commande oculaire ou d’un logiciel dédié, ces aides techniques sont des solutions financées par la MDPH.
Josephine Joly
10/01/2022

Rencontre avec Joséphine, notre ergothérapeute en région parisienne

Interview | 10 Janvier 2022

A travers cet article, Joséphine nous fait part de son expérience d’ergotherapeute en structures médicalisées et unités spécialisées. Elle évoque sa formation et son approche thérapeutique…
Handicap Nouvelles mesures 2022
10/01/2022

Handicap :
Nouvelles mesures 2022

Législation | 10 Janvier 2022

Le handicap est au cœur des préoccupations et engagements forts du gouvernement, pour accompagner 12 millions de personnes en situation de handicap en France.
Rencontre avec Kim, notre Chargée de support technique CENOMY
03/08/2021

Rencontre avec Kim, notre Chargée de support technique CENOMY

Interview | 3 Août 2021

« Dans mes missions au quotidien, je suis chargée d’accompagner nos clients, professionnels de santé et particuliers, dans les bonnes pratiques et fonctionnalités… »
Rencontre avec Jonathan, notre Conseiller en Lillois
01/07/2021

Rencontre avec Jonathan, notre Conseiller des Hauts de France

Interview | 1er Juillet 2021

Avec 20 ans d’expérience dans le handicap et la domotique, Jonathan est votre Conseiller-Évaluateur CENOMY dans les Hauts de France.
SLA ou maladie de Charcot et handicap - comment réagir et conserver son autonomie
05/05/2021

SLA ou maladie de Charcot et handicap : comment réagir et conserver son autonomie

Handicap | 5 Mai 2021

Comment préserver son autonomie le plus longtemps possible lorsqu’on est atteint de la SLA, une maladie neurologique rare qui entraine un handicap progressif et irréversible ?
MDPH Comment financer mon aide technique
08/04/2021

MDPH : Comment financer mon aide technique ?

Financements MDPH | 8 Avril 2021

Quels sont mes droits et les démarches MDPH à suivre pour financer mon aide technique, dans le cadre d’un handicap reconnu ?
Commande oculaire PC Eye 5 - piloter son PC avec les yeux
23/03/2021

Commande oculaire PC Eye 5 : piloter son PC avec les yeux

Solution | 23 Mars 2021

La commande oculaire PC Eye 5 de Tobii Dynavox fonctionne par technologie infrarouge pour piloter un PC ou tablette et s’exprimer avec les yeux.
Maxime Ergothérapeute
02/03/2020

Rencontre avec Maxime, notre ergothérapeute en région Rhône-Alpes Auvergne

Interview | 2 Mars 2020

Ergothérapeute et conseiller CENOMY Rhône-Alpes Auvergne, Maxime à rejoint notre équipe le 4 Novembre 2019 et est votre nouvel interlocuteur sur la région lyonnaise.
Découvrir le parcours de Laurent, victime d'un AVC
09/01/2020

Découvrir le parcours de Laurent, victime d’un AVC

Réussite | 9 Janvier 2020

Laurent, victime d’une AVC en 2008, suit une rééducation par l’art-thérapie et se passionne pour la mosaïque. Il réalise maintenant de grandes mosaïques, juste avec sa main gauche.
Découvrir le parcours de Jules, atteint d'une maladie dégénérative
03/01/2020

Découvrir le parcours de Jules, atteint d’une maladie dégénérative

Réussite | 3 Janvier 2020

Découvrir le parcours de Jules, atteint d’une maladie dégénérative et équipé d’une tablette Eye Mobile pour communiquer avec les yeux et progresser avec la commande oculaire.